Le blog perso de Mathieu LEFEBVRE, un geek nommé MathDaBomb

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Diskstation

Fil des billets - Fil des commentaires

11 avr. 2010

Diskstation - Modifier le prompt de la console SSH

Si vous voulez accéder à votre Disktation depuis une console SSH pour pouvoir modifier des paramètres dans le cœur du serveur (ex : installation de packages, modification de cron, ...), il vous suffit d'activer le service SSH (voir plus bas). Pour vous connecter depuis un terminal, exécuter la commande ssh root@ip_du_disktation (pour se loguer directement sur le compte root). Le mot de passe est le même que celui de l'utilisateur admin.

Lorsque vous accéder au Diskstation via la console SSH, vous vous trouvez sur le shell Ash (très minimaliste mais léger).

Le problème est lorsque vous vous déplacer dans les dossiers via la commande cd (Change Directory), le prompt de base étant Diskstation > (dans mon cas) ou nom_du_serveur >, vous ne voyez pas dans quel dossier vous vous trouvez.

En effet le modèle du prompt est stockée dans la variable PS1, qui est définie au démarrage dans le fichier /etc/profile et qui n'est pas actualisée. Le prompt par défaut est définie comme PS1="`hostname` > ".

En voici l'exemple : disktation_console_ssh_prompt_initial

Modifier le modèle du prompt

En fait nous allons redéfinir la fonction cd (Change Directory). Pour cela :

  1. Editez le fichier /etc/profile via la commande vi /etc/profile.
  2. Commentez la ligne PS1="`hostname` > " en ajoutant devant un "#"; cela donnera #PS1="`hostname` > ". Pour cela, déplacer vous avec le touche de direction sur le début de la ligne, puis passer en mode insertion en appuyant sur "i".
  3. Ajoutez la ligne suivante à la fin du fichier : cd() { chdir "$@" ; PS1="`whoami` @ `hostname` `pwd`$ " ;} pour avoir un prompt identique à bash (avec whoami : le nom d'utilisateur en cours, hostname : le nom du serveur et pwd : le chemin du répertoire courant). Pour cela, mettez vous sur la dernière ligne et taper sur la touche Entrée, puis insérer la commande.
  4. Enregistrez et fermez le fichier via la commande ":qw" (à taper directement).
  5. Déconnectez vous de ssh en tapant exit et reconnectez vous.

Et voici le résultat : diskstation_console_ssh_prompt_modifie

RAPPEL : Activer le service SSH

Pour accéder au serveur Synology via SSH, il faut activer le service. Connecter vous à l'interface web Diskstation Manager puis accéder au menu Services Réseau > Terminal pour activer le service terminal. diskstation_activer_ssh Puis cocher Activer le service SSH.

Pour en savoir plus

9 janv. 2010

Accéder au DiskSation via NFS

Il est dommage d'utiliser SAMBA pour accéder aux dossiers du DiskStation alors qu'il nous propose le service NFS, beaucoup plus stable et complet.

Pour rappel NFS (Network File System) est un protocole permettant de monter des disques en réseau. Ce protocole basé sur le principe client/serveur, a été développé par Sun Microsystems en 1984. Il peut servir à l'échange de données entre des systèmes Linux, Mac ou Windows. L'un de ses avantages est qu'il gère les permissions sur les fichiers (voir la définition sur Wikipedia).

Configuration du Diskstation

Dans un premier temps, nous allons configurer le serveur NAS pour qu'il démarre le service et nous allons le configurer. Pour cela, ouvrer l'interface d'administration depuis votre navigateur préféré et saisissez dans la barre d'adresse l'adresse IP de votre Diskstation suivi du port 5000; par exemple : http://192.168.1.13:5000

Vous tomberez sur la page de connexion de l'interface d'administration du DiskStation. synologie_connexion Connecter-vous à votre compte "admin".

Ensuite aller dans la rubrique Partage de fichier > NFS pour aller activer le service SAMBA. synologie_activer_nfs Cocher Activer NFS puis valider par OK.

Maintenant, il faut configurer les privilèges NFS des dossiers à monter sur le système, allez dans Privilèges > Dossier Partagé. Sélectionner le dossier désiré et cliquez sur Privilège NFS. Nous allons créer une nouvelle règle NFS. Pour cela cliquez sur Créer, la fenêtre suivante s'affiche : synologie_dossiers_partages_privileges_nfs_regle Les champs à remplir sont les suivants :

  • Nom d'hôte ou IP : permet de définir la ou les clients ayant le droit de monter ce dossier. Un client est soit le nom d’une machine, soit une adresse IP, soit un nom incomplet (par exemple *.mathdabomb.fr), soit une famille d’adresses IP de la forme adresse/masque-réseau (par exemple 192.168.1.10/255.255.255.0 ou 192.168.1.10/24 : cela permet d'autoriser tous les clients dont l'adresses IP est comprises entre 192.168.1.10 et 192.168.1.255 à se connecter).
  • Privilège : définit les privilèges d'accès soit Lecture/écriture soit Lecture seule.
  • Root squash : choix entre Pas de mappage, Mapper vers adminpour donner l'accès admin (root) au client, Mapper vers guest pour donner l'accès guest au client

Montage à la demande

Pour monter un répertoire réseau quand il y en a besoin, nous allons utiliser la commande mount.

Pour cela, ouvrez une console et connecter vous en tant que root avec la commande su -.

Dans un premier temps, nous devons créer le répertoire de montage /media/DIVERS. A l'invite de commande #, taper mkdir /media/DIVERS.

Ensuite nous allons monter la partition distante. Pour cela, taper la commande suivante :
mount -t nfs 192.168.1.13:/volume1/DIVERS /media/DIVERS

Sur votre bureau, l'icône d'un nouveau disque apparait linux_icone_samba_divers. Le répertoire DIVERS est monté.

Montage automatique au démarrage

Pour monter automatiquement au démarrage du système un répertoire réseau, nous allons modifier le fichier fstab (cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Fstab).

Pour cela, ouvrez une console et connecter vous en tant que root avec la commande su -.

Dans un premier temps, nous allons éditer le fichier /etc/fstab avec la commande gedit /etc/fstab.

Ajoutez à la fin du fichier la ligne suivante : 192.168.1.13:/volume1/DIVERS /media/DIVERS nfs rsize=8192,wsize=8192,timeo=14,intr,noauto 0 0

Petites explications sur les options :

  • rsize=8192,wsize=8192 : améliore la vitesse de connexion nfs (tailles des buffers en octets). Normalement, si les options rsize et wsize ne sont pas précisées, NFS écrira et lira par blocs de 4096 ou 8192 octets. Il vaut mieux prendre des multiples de 1024, et probablement pas plus grand que 16384 octets, car les gros blocs ralentissent les accès aléatoires
  • timeo : temps (en 1/10 secondes) avant la première retransmission en cas de timeout. Aux timeouts suivants, le temps doublera jusqu’à la valeur limite de 60 secondes.
  • intr : permet une interruption d’une transmission dans le cas d’un timeout atteignant 60 secondes.
  • noauto : permet de ne déclencher le montage que si on sait que la machine distante est allumée
  • soft ou hard : permet de définir le comportement du client NFS si le serveur ne répond pas. Avec soft, le client NFS renverra une erreur au processus concerné si après quelques essais le serveur NFS persiste à ne pas répondre. Avec hard, le client NFS réessaiera infiniment jusqu'à ce qu'il soit tué, les opérations reprendront normalement si le serveur NFS se rétablit ou redémarre. De plus, le client ne pourra pas être interrompu ou tué.

Pour en savoir plus :

12 sept. 2009

Accéder au DiskSation via Samba par la ligne de commande

Nous allons utiliser le pilote cifs pour monter les répertoires réseau Samba du DiskStation.

Montage à la demande

Pour monter un répertoire réseau quand il y en a besoin, nous allons utiliser la commande mount.

Pour cela, ouvrez une console et connecter vous en tant que root avec la commande su -.

Dans un premier temps, nous devons créer le répertoire de montage /media/smb_DIVERS. A l'invite de commande #, taper mkdir /media/smb_DIVERS.

Ensuite nous allons monter la partition distante. Pour cela, taper la commande suivante :
mount -t cifs //192.168.1.13/DIVERS /media/smb_DIVERS -o username=admin,password=passadmin

Sur votre bureau, l'icône d'un nouveau disque apparait linux_icone_samba_divers. Le répertoire smb_DIVERS est monté.

Une petite explication sur le commande mount -t <type> </chemin/vers/repertoire/reseau/a/monter> </repertoire/de/montage> (voir man mount):

  • -t <type> : permet de définir le type de système de fichier à utiliser dans notre cas cifs
  • </chemin/vers/repertoire/reseau/a/monter> : définit le chemin du répertoire à monter dans notre cas //192.168.1.13/DIVERS
  • </repertoire/de/montage> : définit le chemin du répertoire du point de montage dans notre cas /media/smb_DIVERS

La commande mount -t cifs utilise la commande mount.cifs pour monter le système de fichier cifs (voir man mount.cifs).

Cette commande requiert une authentification au serveur NAS pour accéder au répertoire réseau d'où l'option : -o username=admin,password=passadmin (ou bien -o user=admin%passadmin).

Pour démonter le répertoire monté /media/smb_DIVERS, utilisez la commande : umount /media/smb_DIVERS.

Montage automatique au démarrage

Pour monter automatiquement au démarrage du système un répertoire réseau, nous allons modifier le fichier fstab (cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Fstab).

Pour cela, ouvrez une console et connecter vous en tant que root avec la commande su -.

Dans un premier temps, nous allons éditer le fichier /etc/fstab avec la commande gedit /etc/fstab.

Ajoutez à la fin du fichier la ligne suivante : //192.168.1.13/DIVERS /media/smb_DIVERS cifs username=admin,password=passadmin,noauto,soft 0 0

Petites explications sur les options :

  • noauto : permet de ne déclencher le montage que si on sait que la machine distante est allumée
  • soft : qui permet aux logiciels qui accèdent au répertoire partagé de ne pas “planter” si l'accès est impossible, mais seulement de renvoyer une erreur
  • iocharset : qui permet de définir le charset à utiliser : =utf8 ou =iso8859-1 ou encore =iso8859-15 (le dernier, c'est pour avoir l'Euro) selon votre configuration
  • uid : permet de définir le propriétaire du point de montage, par exemple uid=mathdabomb ou uid =101
  • gid : permet de définir le groupe du point de montage, par exemple gid=user ou gid=400
  • file_mode : permet de définir les droits d'accès aux fichiers,
  • dir_mode : permet de définir les droits d'accès aux répertoires

Pour alléger la ligne et protéger les informations relatif à l'identification, nous pouvons mettre ces informations dans un fichier, pour laquelle la ligne devient : //192.168.1.13/DIVERS /media/DiskStation/DIVERS cifs credentials=/etc/cifs.credentials,noauto,soft 0 0

Le contenu de /etc/cifs.credentials est de la forme :

  username=admin
password=passadmin
domain=MATHIEUL (optionnel)

Il peut évidemment être différent pour chaque montage. Pensez à le protéger (chmod 600 /etc/cifs.credentials)

Pour en savoir plus :

5 sept. 2009

Accéder au DiskSation via Samba

Voici un petit tutoriel pour accéder à vos dossiers partagés du Synology DiskStation depuis Fedora.

En premier lieu, il faut activer la fonctionnalité dans l'interface d'administration. Pour cela, aller dans votre navigateur préféré, et saisissez dans la barre d'adresse l'adresse IP de votre Diskstation suivi du port 5000; par exemple : http://192.168.1.13:5000

Vous tomberez sur la page de connexion de l'interface d'administration du DiskStation. synologie_connexion

Connecter-vous à votre compte "admin".

Ensuite aller dans la rubrique Partage de fichier > Win/Mac OS pour aller activer le service SAMBA. synologie_activer_winmac

Cocher Activer le service de fichiers Windows et renseigner le champ "Groupe de travail:" en indiquant le groupe de travail de votre réseau.

Aller dans la rubrique Privilèges > Dossiers Partagés pour créer des dossiers partager ou configurer les privilèges de partages. synologie_dossiers_partages

Voilà c'est prêt !

Maintenant, pour connecter votre distribution à votre dossier partagé, voici la procédure : Dans le tableau de bord de Gnome, cliquez sur le menu Raccourcis puis Se connecter à un serveur... Une fenêtre "Connexion au serveur" apparait, choisissez dans Type de service : le service Partage Windows.

linux_connexion_au_serveur_samba Pour renseigner cette boite de dialogue, indiquez au minimum dans le champs "Serveur :" l'adresse IP de votre DiskStation. puis cliquez sur "Se connecter". La fenêtre suivante apparait alors, double cliquez sur le dossier désiré pour le monter. linux_dossier_partage_windows

Les autres champs de la boite de dialogue sont optionnels, mais voici leur utilité :

  • Dossier : le nom du dossier partagé à monter
  • Identifiant : l'identifiant utilisé pour le montage et l'accès aux dossiers/fichiers
  • Nom de domaine : le nom de domaine de votre réseau
  • Si vous voulez conserver un raccourci pour le montage (dans le menu Gnome "Raccourcis"), cocher "Ajouter un signet" et donnez lui un nom dans le champ "Nom du signet".

connexion_au_serveur_samba_remplie

Cliquez sur "Se connecter", l'icône suivante apparait sur le bureau linux_icone_samba, votre dossier alors est monté.

6 juin 2009

Un serveur NAS à la maison

Vu la multiplicité des endroits de stockage des informations et la multiplicité des endroits d'utilisation, je me suis décidé à acheter un serveur NAS.

Serveur NAS

Qu'est ce qu'un serveur NAS ? (la définition sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Stockage_en_réseau_NAS) Pour faire simple, il s'agit un serveur de stockage sur le réseau.

Les principaux fabricants de serveurs NAS :

Les autres fournisseurs de serveurs NAS :

  • D-Link
  • Netgear
  • Western Digital
  • Iomega
  • ...

Interrogation

Qu'est ce qui m'a poussé à cela ? J'ai quelques centaines d'albums (légaux, eh oui!) de musiques (en CD et tous numérisé en ogg) que je voulais pourvoir écouter partout dans l'appartement que ce soit de mes PC (ordi fixe, media center ou netbook), de ma Xbox ou de ma liveRadio d'Orange, ... puis je me suis dis pourquoi pas aussi partager mes documents et mes photos. Pour aller plus loin, et pourquoi cela ne pourrait-il pas aussi me servir de serveur web pour héberger ma messagerie, mon blog, et d'autres applis. C'est pourquoi, le serveur NAS domestique m'est apparut une bonne idée.

Quelles solutions de serveur NAS ? J'avais 2 choix possibles pour avoir un serveur NAS : soit le fabriquer soit en acheter un d'un fabriquant. pour qu'il soit sécurisé et sécurisant, il faut aussi qu'il accepte les disques dur en RAID1 (pour la redondance des informations) et qu'il soit compatibles linux (pour mes ordis), DLNA et UPnP AV pour le partage avec la Xbox et la liveradio.

Pour fabriquer un serveur NAS, il vous faut :

  • Une carte mère au format mini-ITX ayant du SATA, le gigabit et du raid
  • Un boitier au format mini-ITX (voir les fabricants : Chenbro, Lian Li, Silverstone) avec 2 baies 3"1/2 interne
  • un système d'exploitation soit spécifique NAS comme FreeNAS (basé sur FreeBSD) ou NASLite (mais non libre) ou Openfiler soit fait maison à partir d'une distribution serveur Linux (mais je me voyait pas faire cela).
  • deux disques durs en SATA

Pour acheter un serveur NAS, il vous faut :

  • un serveur NAS compatible avec mon cahier des charges et simple d'utilisation et de configuration
  • deux disques dur en SATA

Achat

En fin de compte, ma réflexion et mes recherches m'ont poussées à acheter un NAS d'un fabricant, en autre pour la simplicité et pour l'économie d'énergie (que se soit pour le montage ou l'électricité consommé).

mon choix :

Pour en savoir plus :
  • NasFr, le premier site dédié aux Nas : actualités, tests, tutoriel, comparatif : http://www.nasfr.com/